Mon programme vers une alimentation hypo-toxique

INTRODUCTION

 

Mon programme vers une alimentation hypo-toxique.

Pourquoi et comment ?

« Que la diététique soit ta première médecine »

 

Pourquoi ?

Du point de vue de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), dans maintes situations pathologiques, il est essentiel de revoir en tout premier lieu l’alimentation, car elle est presque toujours le point de départ de la maladie !

Durant mes 23 années de pratique de la MTC, je peux témoigner de l’effet de cette alimentation dans de très nombreuses situations pathologiques ou dans la prévention des maladies. En un à deux mois, l’intensité des symptômes peut parfois être très largement diminuée. ATTENTION, cela ne veut pas dire que cela remplace votre traitement, quel qu’il soit ni que cela suffise à soigner quoi que ce soit ! C’est un accompagnement supplémentaire précieux qui souvent permet de pérenniser le travail thérapeutique fait parallèlement !

 

Cela demande de la rigueur et quelques connaissances !

J’observe que malgré certains efforts évidents, beaucoup, en gardant quelques mauvaises habitudes, compromettent en partie l’amélioration de la situation.

Par ailleurs, selon la MTC, l’alimentation doit être adaptée à votre constitution.

Ainsi, certaines personnes pourront manger de la viande à volonté, tandis que d’autres devraient être plus prudentes.

Mais passer d’une alimentation classique à une alimentation hypotoxique n’est pas si facile !

 

Comment faire ?

Avant de passer dans mes prochaines publications à mes connaissances, mon programme et mes recettes, je voudrais aborder un sujet épineux : la volonté et les difficultés que peuvent avoir de très nombreuses personnes avec des pulsions alimentaires. D’où viennent-elles et comment les gérer ?

_________________________________________________________

1 / La volonté, la rigueur et la compréhension de l’intérêt de le faire.

Je n’ai aucune intention ici de convaincre qui que ce soit, car sans une réelle volonté, on ne va nulle part si ce n’est à l’échec. Vous restez seul responsable de votre décision, sans jugement aucun envers les personnes qui pourraient s’arrêter en cours de route d’ailleurs, ou qui ne le font que partiellement. Tout cela vous appartient entièrement quelles que soient les raisons qui vous poussent à le faire, vous devez être motivé ou bien coaché, ou les deux !

En effet, vous passerez par des moments difficiles, où le doute et la difficulté réelle liée au changement d’alimentation vont vous tenailler ! Cette alimentation est savoureuse mais beaucoup moins sucrée/ salée et sans les exhausteurs de goût auxquels vous êtes peut-être habitué, vous connaîtrez certainement des passages difficiles. Vous aurez peut être même des moments où il y aura des crises d’hypoglycémie, le temps que votre organisme se sèvre du sucre. Vous verrez aussi que le goût s’éduque et qu’il change progressivement au fil de vos efforts ! Plus on mange du sucre, plus on a envie d’en manger. Mais l’inverse est vrai aussi ! Moins on en mange, moins en en ressent le besoin.

Soyez indulgent avec vous-même. Partez du principe que vous ne faites pas la course, que personne ne vous juge et que surtout ce n’est pas un régime mais une réforme alimentaire qui devrait être définitive. Donc vous aurez des hauts et des bas, ce qui est tout à fait normal. Sachez vous le pardonner ! Vous ferez aussi des écarts quand vous serez invités ! Tant que cela reste à moins d’une fois par mois, ça pourra aller ! Le tout est de savoir y revenir et de continuer de s’y tenir !

Avec les années, vous deviendrez un expert pourrez donner des conseils à d’autres et les écarts seront de mieux en mieux gérés car vous aurez pris d’autres habitudes, tout simplement !

 

Précautions :

Dans le cas où vous êtes atteint d’une maladie chronique, si vous êtes anorexique, ou si vous être maigre, prenez conseil auprès de votre médecin avant de vous lancer dans cette aventure !

Cette réforme alimentaire fait souvent maigrir. Or tout le monde n’a pas besoin de maigrir. Donc il faudra adapter en fonction de votre situation personnelle avec un ou une professionnelle en nutrition ou votre médecin !

Premier objectif pour cette semaine : CHANGER MON PETIT DEJEUNER !

Le petit déjeuner est très important et très souvent constitué de pain beurre, confiture, ce qui est un concentré de toxines ! Le pain, c’est du gluten, la pâte est levée, donc ça fait gonfler le ventre, donc pro-inflammatoire ! De plus le gluten est une forme de sucre donc à proscrire. Le beurre est un produit laitier, concentré de toxine et le lactose est un mauvais sucre pour l’humain. La confiture, même maison, contient beaucoup trop de sucre !

 

Alors par quoi je remplace ?

2 propositions :

1/galettes de sarrazin ou quinoa (à volonté) tartinées avec de la margarine non hydrogénée, non estérifiée que vous trouvez en magasin bio. Vous pouvez y ajouter de la purée de fruit (sans sucre). Bien sûr, pour une alimentation hypotoxique, il serait paradoxal de faire vos achats ailleurs que dans le bio. Sachant que le bio de grande surface ne répond pas au même cahier des charges que celui des magasins bio qui sont beaucoup plus exigeants et parfois moins chers qu’en grande surface !

 

2/ Le porridge anglais revisité ! Flocons d’avoine ou de quinoa ou riz, cuits dans de l’eau pendant 5 minutes avec des raisins secs ou des baies de goji ou des graines de chia, plus éventuellement une demi pomme coupée. Ce petit déjeuner est excellent pour celles et ceux qui ont des coups de pompe dans la matinée ! Dans ce cas-là, ajoutez bien la pomme que vous ferez cuire 10 min avant les flocons d’avoine, car elle nécessite plus de temps pour cuire que les flocons. Mettez plus ou moins d’eau selon que vous aimez manger compact ou liquide !

Avec cela, vous pouvez ajouter un bon thé vert ! Mais si vous êtes ménopausée et sans cancer du sein dans votre famille ni porteuse de gène cancérigène, vous pouvez prendre une tisane d’achillée mille feuille ou de framboisier pour pallier à l’insuffisance hormonale et aux symptômes associés que l’on connaît !

Pour les hommes une tisane de bugle rampante vous aidera à prévenir l’alopécie androgénétique, à maintenir une fonction urinaire normale après la cinquantaine, et lutte contre l’hypertrophie bénigne de la prostate.

 

Les pulsions alimentaires.

On peut être plein de bonne volonté pour changer son alimentation, y arriver la plupart du temps, et craquer ! Parfois exceptionnellement, c’est normal, aucun soucis là-dessus, mais quand c’est plusieurs fois par semaine voire tous les jours, c’est la catastrophe car vous aurez un peu les mêmes effets néfastes des régimes !